Google continue à consolider ses infrastructures réseaux dans le monde

Pour ceux qui se demandaient si Google était plus qu’un simple outsider sur le marché du cloud, il semblerait que le géant américain vienne d’apporter en personne une réponse. La firme de Mountain View a annoncé qu’elle allait investir 30 milliards de dollars d’ici 2019 dans ses infrastructures réseaux.

30 milliards d’investissement dans ses infrastructures réseaux

Parce que Google entend bien améliorer ou tout du moins conforter la qualité, la fiabilité mais aussi la rapidité de ses services cloud, l’entreprise américaine a annoncé qu’elle allait réaliser pas moins de 30 milliards d’investissement dans ses infrastructures réseaux et ce au cours des deux prochaines années.

Ces investissements devraient permettre à 5 nouveaux datacenters de voir le jour en 2018 alors que 3 nouveaux câbles sous-marins seront mis en service en 2019.

Réparties par zones géographiques, les ressources de cloud computing du géant américain vont donc être accessibles à de nouvelles régions. Jusqu’à présent, Google Cloud Platform était présent dans 13 régions avec des datacenters à Tokyo (Japon), à Taïwan, à Mumbaï (Inde), à Singapour, à Sydney (Australie), en Oregon, en Ioha, en Nouvelle Virginie, en Caroline du Sud, à Sao Paulo (Brésil), à Londres (Royaume-Uni), en Belgique et à Francfort (Allemagne).

Dès 2018, les infrastructures réseaux seront complétées par des datacenters implantés à Hong-Kong, à Los Angeles, à Montréal (Canada), en Finlande mais aussi aux Pays-Bas.

3 nouveaux câbles sous-marins en service dès 2019 pour mondialiser ses services cloud

Google veut être présent sur tous les continents pour proposer son service cloud au plus grand nombre et pour y arriver, le géant américain ne lésine pas sur les moyens.

Ainsi, dès 2019, il devrait mettre en service trois nouveaux câbles sous-marins et pas des moindres :

    • Le premier relie Los Angeles au Chili. Baptisé câble Curie, il sera le « premier réseau câblé intercontinental » à être construit par un acteur non issu du marché des télécommunications
    • Le second, nommé câble Hafvrue, reliera le Danemark à la côte Est des Etats-Unis
    • Le troisième, baptisé HK-G, reliera Hong-Kong à Guam et est le fruit d’une collaboration entre RTIC Connectivity et NEC.

    Grâce à ses câbles sous-marins mais aussi aux capacités qu’il loue sur les câbles des concurrents, Google espère pouvoir proposer un cloud de qualité aux quatre coins de la planète, avec tous les services dédiés aux professionnels.
    Ce lourd investissement dans les infrastructures réseaux atteste en tout cas de la volonté de Google de conquérir de nouvelles parts sur le marché du cloud.

Laisser un commentaire