Le cloud poursuit sa croissance en France malgré les freins juridiques

Au début du mois de février, le cabinet d’études Markess a dévoilé les résultats d’une enquête menée sur le marché du cloud en France d’ici 2020. Ils ont l’occasion de constater que le cloud continue de progresser bien que des freins, principalement juridiques, apparaissent.

La croissance du cloud est toujours au rendez-vous

Alors que le cloud a dopé les ventes d’infrastructures IT à l’échelle mondiale au cours des derniers mois, il y a de fortes chances que cette tendance perdure.

En effet, le cloud devrait poursuivre sa croissance dans les années à venir et ce tout particulièrement dans l’Hexagone. En 2017, cette croissance a d’ailleurs atteint 27% alors que dans le même temps celle des logiciels et services IT n’a progressé que de 3%.

Pour l’heure, les applications SaaS restent prédominantes sur le marché des solutions cloud mais ce sont plutôt les marchés de l’IaaS et du PaaS qui brillent par leur dynamisme. L’IaaS profite effectivement pleinement des nouveaux besoins en ressources à la demande liés aux nouveaux projets digitaux que sont le big data, l’intelligence artificielle ou le calcul haute performance. Le PaaS est quant à lui dynamisé par l’essor de l’IoT et des clouds hybrides.

Aussi, d’ici 2020, la croissance du cloud devrait bien se poursuivre même si l’IaaS et le PaaS devraient être les grands gagnants.

Les freins juridiques, principaux obstacles aux projets cloud

L’enquête conduite par Markess s’est aussi intéressée aux freins éventuels que pouvaient rencontrer les projets cloud.

En la matière, ce sont ainsi les freins juridiques qui sont arrivés en tête. Pour 72% des entreprises concernées, la protection et la sécurité des données définie par le RGPD sont le principal frein. Viennent ensuite la pénurie de compétences (45%) et la difficulté de migration vers le cloud (45%).

Reste maintenant à voir si le RGPD, qui va entrer en vigueur au mois de mai, va véritablement freiner les entreprises dans leur transition vers le cloud. A priori, cette réglementation ne devrait que peu entraver la croissance du cloud mais beaucoup de sociétés redouteraient la « double peine » à savoir des sanctions financières cumulées à une dégradation de leur image.

Laisser un commentaire