Quand le cloud aide à démocratiser les supercalculateurs

Jusque-là utilisés pour faire fonctionner des applications très spécialisées telles celles dédiées aux prévisions météorologiques, les supercalculateurs pourraient bien se démocratiser dans les prochains mois. En effet, bien que leur coût reste extrêmement élevé, ils pourraient être proposés en tant que services intégrés aux offres cloud.

Cray – Markley, un partenariat pour relancer l’attrait pour les supercalculateurs ?

Alors que le marché du calcul intensif s’est littéralement effondré depuis le début de l’année 2017 comme en attestent la fonte du chiffre d’affaires de l’entreprise américaine Cray (59 millions de dollars au premier trimestre 2017 contre 105,5 millions de dollars un an plus tôt), les acteurs de celui-ci tentent d’inverser la tendance.

C’est ainsi que Cray, spécialisé dans la construction de supercalculateurs, vient d’annoncer la signature d’un partenariat avec l’hébergeur US Markley. Bien conscient que toutes les entreprises ne disposent pas du budget nécessaire ni même souvent des compétences pour faire fonctionner ces supercalculateurs, Cray a développé un concept original : le calcul intensif en tant que service.

Autrement dit, la société entend proposer ses supercalculateurs comme un service via le cloud. D’ici peu, les clients de Markley pourront d’ailleurs opter pour une offre cloud incluant un supercalculateur et des outils d’analyse de données en tant que services intégrés en sélectionnant un produit baptisé Cray Urika-GX.

Un vrai marché pour une telle offre cloud ?

Si cette offre cloud se veut réellement originale, les clients seront-ils au rendez-vous ? Pour l’heure, rien n’est moins sûr d’autant que le succès d’un tel projet devrait fortement être conditionné par son prix de lancement.

Il n’empêche que le pari de Cray est audacieux puisque la société va tenter là de « supprimer tous les obstacles qui empêchent les clients d’accéder à la puissance des supercalculateurs ».

Les laboratoires pharmaceutiques et génomiques pourraient se montrer intéressés par une telle offre puisque des entreprises du secteur de la recherche scientifique ont déjà montré le réel intérêt des supercalculateurs. Mais la clientèle pourrait être plus large car le calcul intensif en tant que service pourrait offrir un avantage concurrentiel à certains acteurs en particulier dans des secteurs comme la cybersécurité ou la finance.

Laisser un commentaire